SPAQuE

Décharge de Mellery

Carte d'identité

Catégorie : décharge
Nom du site : Décharge de Mellery
Autre(s) nom(s) : Champ de Marcha Etoile
Adresse : rue du Cimetière
Code postal : 1495
Commune : Villers-la-Ville
Ancienne commune : Mellery
Province : Brabant wallon
Superficie totale : 179.500 m²
Financement : contrat de gestion

Actions de SPAQuE

Novembre 2015 :

Installation de 20 panneaux photovoltaïques destinés à alimenter en électricité les infrastructures de la décharge.

2012 :

Le traitement du biogaz sur charbon actif est toujours en cours.

2003 :

Traitement du biogaz sur charbon actif.

2002 :

Mise en route d’une station d’épuration définitive.

1995 - 1996 :

Mise au point par SPAQuE d’un système de gestion dynamique du dégazage.

1995 :

Réhabilitation de la partie sud-sud (couverture étanche, réseau de dégazage).

1994 :

Réhabilitation de la partie sud (couverture étanche, réseau de dégazage, installation d’un système d’élimination du gaz, bassin d’orage, égout de récupération des eaux pluviales).

1993 :

Caractérisation de la partie sud-sud.

1990 - 1992 :

Réhabilitation de la partie nord de la décharge (couverture étanche, réseau de dégazage, installation d’un système d’élimination du gaz, station d’épuration provisoire).

Caractérisation de la partie sud.



Localisation

Mellery est un petit village mi-rural, mi-résidentiel situé dans le Brabant wallon, à une trentaine de kilomètres au sud de Bruxelles.

 



Projet de développement économique

Le site est repris en zone d’extraction et en zone agricole.
SPAQuE a entamé son aventure photovoltaïque en novembre 2015 : vingt panneaux ont été
installés sur le toit d’un des bâtiments (puissance de 5 kWh, production annuelle de 5.000 kWh - environ la consommation moyenne d'un ménage et demi). Ils alimentent aujourd’hui en partie les différentes installations
de la décharge : pompes, moteurs, réseau de dégazage, station d’épuration, etc.



Etat du site

Le site réhabilité se présente sous la forme d’une zone dégagée et enherbée légèrement vallonnée. Des puits de dégazage ont été forés à de nombreux endroits. De nombreuses conduites de raccordement aérien sont présentes, particulièrement sur la partie sud. Le site est bien intégré au paysage et a pris une grande valeur environnementale par le maintien d’une importante lagune dans la partie sud qui est laissée à la recolonisation depuis 1998.



Historique

Mellery est situé dans une région où la nature du sous-sol explique la présence de nombreuses carrières de sable. A la fin de leur exploitation, il était fréquent que celles-ci soient remblayées par des déchets.

Le site de "Mellery" a été exploité comme carrière de sable avant d’être reconverti en décharge en 1981.

De 1982 à 1985, les déchets sont déversés dans la partie sud.

En 1985, remblayage de la partie nord de la décharge, qui va se poursuivre jusqu'à la mi-1988, date du début de l'exploitation de sa partie sud.

De 1988 à 1989, l'attention des riverains est attirée par deux nuisances : d’une part, la pollution visuelle et olfactive des eaux dans la rue de Thébais en contrebas de la décharge et, d’autre part, les mauvaises odeurs entraînées par les gaz s'échappant de la décharge et canalisées par un chemin creux aboutissant au centre du village. La population constitue alors un comité de défense très actif, le CADEV.

En 1989, la direction de Charleroi du Service de prévention des pollutions industrielles demande à l'Institut d'hygiène et d'épidémiologie une analyse qualitative et quantitative des gaz s'échappant de la couche superficielle de la décharge. Les résultats de cette analyse montrent des émanations gazeuses nocives pour l'environnement, principalement en concentration de benzène et toluène. La décharge est fermée par la Région wallonne.

La réhabilitation débute en 1990 et le dossier est confié à SPAQuE en 1991.

En 1993, des campagnes de prélèvements et d'analyses sont organisées dans le cadre de l'étude de caractérisation et de l’évolution des panaches de pollution.

En 2001, le site de Mellery est inscrit au programme de surveillance environnementale de SPAQuE, axé principalement sur le suivi analytique de la qualité des eaux souterraines et sur l’aspect visuel.

En 2003, suppression du traitement du biogaz en torchère au profit d’un système de traitement par filtration sur charbon actif. De cette manière, la post-gestion du site peut garantir la sécurisation totale du village par la mise en dépression permanente du massif des déchets et le traitement des composés organiques volatils qu’il contient.



Polluants avant réhabilitation

  • Déchets de nature industrielle (volume de déchets estimé à 1.000.000 m³, et ce, sur une profondeur maximale de 14 m).


Haut de page

Rechercher...

Par ville :
Par nom de site :
Par autre nom de site :

Voir photos et vidéos liées