SPAQuE

Décharge d'Anton

Carte d'identité

Catégorie : décharge
Nom du site : Décharge d'Anton
Autre(s) nom(s) : Carrière d'Anton
Adresse : route d'Anton
Code postal : 5300
Commune : Andenne
Ancienne commune : Sclayn
Province : Namur
Superficie totale : 572.100 m²
Financement : contrat de gestion

Actions de SPAQuE

Octobre 2013 :

Mise en place d'une nouvelle unité de cogénération.

Octobre 2012 :

Huit nouveaux puits de dégazage ont été implantés.

2012 :

Le site est actuellement en post-gestion et inscrit au programme de surveillance environnementale qui porte sur le suivi analytique de la qualité des eaux souterraines, de l’air et sur l’aspect visuel des sites. Cette surveillance fait suite aux nombreuses campagnes de prélèvements et analyses organisées dans le cadre de l'étude de caractérisation et de la réhabilitation du site.

Par ailleurs, le gaz de décharge est acheminé vers un module de cogénération produisant de l'électricité et de la chaleur. Cette dernière est utilisée pour le chauffage d'une institution voisine.

2002 :

Les travaux de réhabilitation se sont focalisés, dans une première phase, sur la gestion du massif de déchets, tant pour des raisons de stabilité des pentes que pour gérer la production significative de biogaz. Ils ont consisté en la mise en place d’un capping en limon argileux et d’un réseau de 5 collecteurs aériens, raccordés à 21 puits profonds et à plusieurs drains superficiels forés dans la masse des déchets.

En second lieu, l’étang a été vidé et les eaux polluées entièrement traitées. En plus des dispositifs de récupération des lixiviats installés, un système de récupération a été installé au fond de l’ancien étang.

2001 :

Les travaux d’assainissement des eaux ont pris leur pleine ampleur avec l’installation de la station d’épuration en bas des falaises, en bordure de l’Etang noir, et la mise en fonction de la station d’épuration définitive permettant d’épurer cet étang et les lixiviats.

2000 :

Mise en service du système de récupération de chaleur.

1999 :

Un dispositif de cogénération est installé afin de produire près de 470 kW d’électricité, tout en subvenant à une partie des besoins de chaleur des 400 pensionnaires de l’institut Saint-Lambert.

1996 :

Mise en place d’une torchère définitive de 500 m³/h et dégazage complet de la décharge.

1993 :

Placement d’une torchère provisoire de 250 m³/h.

1991 :

Audit environnemental du site.

 



Localisation

Le site est localisé dans la province de Namur. Il se situe sur la commune d’Andenne, au sud de la route nationale N90 reliant Huy à Namur.



Projet de développement économique

Le site est repris en zone d’extraction. Une unité de cogénération a été installée.



Etat du site

Le site occupe les excavations d’une ancienne carrière calcaire, installée à flanc de coteau, en surplomb de la Meuse.

Le site réhabilité est composé d’une partie "haute" correspondant au sommet de la carrière et d’une partie "basse", située au niveau de la Meuse.

Les terrains sont engazonnés et entretenus.

Dans la partie basse, en contrebas d’une falaise de près de 30 m de haut, se trouve un étang d’une superficie de 0,6 ha et d’une contenance de 50.000 m³. Celui-ci faisait office, avant réhabilitation, depuis près d’une quinzaine d’années, de réceptacle pour tous les lixiviats et autres suintements, en provenance des déchets, à travers les nombreuses diaclases existant dans la roche calcaire. Cet étang de près de 8 m de profondeur était en contact direct avec la Meuse.



Historique

En 1981, ouverture de la décharge qui reçoit les déchets de la Ville d’Andenne et les boues de dragage issues de la construction d’un pont-barrage sur la Meuse.

De 1983 à 1985, exploitation intensive de la décharge. Les déchets, en provenance principale de l’agglomération bruxelloise, furent déversés quasi à même la roche, sans aucune précaution particulière. En fin d’exploitation, la décharge fut simplement recouverte d’une couche de terre limoneuse et caillouteuse, non imperméable de moins d'1 m d’épaisseur.

En 1986, premiers dégagements de gaz de décharge.

En 1987, premiers signes de pollution de l’étang, dit Etang noir, et premiers problèmes de stabilité du terrain.

En 1991, audit environnemental du site.

En 1992, classement par la Région wallonne de la décharge parmi les sites prioritaires à réhabiliter au même titre que ceux de Mellery, Florzé et Cronfestu.

En 1993, les premiers travaux d’assainissement débutent.



Polluants avant réhabilitation

  • Lixiviats,
  • biogaz.


Haut de page

Rechercher...

Par ville :
Par nom de site :
Par autre nom de site :

Voir photos et vidéos liées