SPAQuE

Saint-Ghislain : investigations historiques sur le site "Charbonnages du Hainaut (Terril du Siège de Tertre)"

20/12/2017

SPAQuE a finalisé le bilan historique du site "Charbonnages du Hainaut (Terril du Siège de Tertre)" à Saint-Ghislain.


Ce bilan historique, finalisé en 2017, constitue la seconde étape de la chaîne des valeurs de SPAQuE et permet de cerner les principaux risques potentiels de contaminations compte tenu des activités passées, du terrain vierge jusqu’à aujourd’hui.

Le site "Charbonnages du Hainaut (Terril du Siège de Tertre)" a accueilli, pendant de nombreuses années, les stériles de la Société des Charbonnages du Hainaut (devenue en 1960 la société des Charbonnages du Borinage) provenant de l’extraction du charbon du Siège de Tertre (puits n°3), quelques centaines de mètres au nord.

Pour relier le carreau du Siège de Tertre au terril, un convoyeur aérien aboutissant à une installation mécanique de mise à terril avait été établi. Elle est la seule infrastructure bâtie connue au sein du site. La constitution du terril a débuté en 1946 pour se terminer en 1971, année de fermeture du Siège de Tertre. Entre 1971 et 1987, les schistes noirs du terril font l’objet d’une exploitation sur plusieurs fronts. En 1990, un second arrêté ministériel décide de la rénovation du terril. En 1993, une entreprise procède à l’assainissement visuel et au nivellement du terril, avec la création d’un plateau surélevé constituant une zone tampon en bordure de la réserve naturelle des Marionville. En 1995, des voiries sont aménagées.

Outre un terril, une gare charbonnière était présente à l’est du site. Elle était raccordée à la ligne SNCB reliant Saint-Ghislain à Maffles et au siège d’extraction du Terril de Tertre. Cs infrastructures ont été démantelées en 1980.

 

Deux zones de sources potentielles de pollution

Sur l’ensemble du périmètre du site, le bilan historique a permis d’identifier deux zones de sources potentielles de pollution : un remblai schisteux généralisé lié à l’existence passée d’un terril et un remblai de nature indéterminée au droit de la gare charbonnière.

Ce site a fait l’objet de recherches documentaires auprès de diverses autorités administratives régionales, provinciales et fédérales. Des témoignages oraux, des publications et des documents privés ont aussi été exploités afin de compléter les informations contenues dans les documents publics.

 

 

 


Haut de page

Rechercher...

Par ville :
Par nom de site :