SPAQuE

Marchienne : SPAQuE poursuit ses travaux de réhabilitation sur le site "Aciérie Allard"

25/09/2014

SPAQuE entreprend une troisième étape de travaux sur le site "Aciérie Allard", localisé à Marchienne-au-Pont et Mont-sur-Marchienne, sur le territoire de la Ville de Charleroi. Ces travaux de déconstruction et de dépollution permettront, à terme, le redéveloppement économique du site.


Une nouvelle étape de travaux commence sur le site "Aciérie Allard" à Charleroi. Deux étapes ont déjà été réalisées sur ce site, entre 2010 et 2013. Celles-ci ont consisté en la déconstruction d’une partie des structures industrielles encore présentes et en l’assainissement des sols pollués en matériaux amiantés, métaux lourds, hydrocarbures cycliques, composés organo-chlorés et hydrocarbures pétroliers.

Les travaux de réhabilitation n’étant pas terminés, SPAQuE reprend aujourd’hui l’assainissement des zones non occupées du site, principalement au sud et au centre de celui-ci. Les terres fortement polluées seront excavées puis évacuées en centres de traitement agréés. Les matériaux faiblement contaminés seront, quant à eux, stockés sur le site et feront l’objet d’un confinement spécifique avec végétalisation de la zone. Enfin, les excavations seront remblayées au moyen de terres saines.

Avec l’arrêt récent des activités de la société JECKO, des travaux de déconstruction et d’assainissement des sols vont également être entrepris sur cette zone localisée au centre du site.

 

Un parc de panneaux photovoltaïques à l’étude

Une fois réhabilité, SPAQuE posera des clôtures tout autour du site. Des pistes seront aménagées. Le pont traversant l’Eau d’Heure, au cœur du site, sera rénové.

Un parc de panneaux photovoltaïques pourrait, par la suite, être implanté sur ce site de 24 hectares. Une zone récréative et des espaces verts sont également envisagés.

 

Rappel historique

L’aciérie Allard s’est établie sur le site en 1905-1907. Ses activités ont principalement consisté en la production de pièces en acier, obtenues en faisant fondre de la ferraille mélangée à du sable et de la chaux.

En 1979, l’aciérie Allard a définitivement fermé ses portes. Au cours des dernières années, de nouvelles activités ont vu le jour sur certaines parties du site.


Pour tout renseignement complémentaire :
Caroline Charlier
Service de la communication externe et des relations avec la presse
0471/90.44.15



Haut de page

Rechercher...

Par ville :
Par nom de site :

Voir la fiche du site

Voir photos et vidéos