SPAQuE

Flémalle : la réhabilitation du site "Cokerie Flémalle", chantier emblématique de SPAQuE, prend fin

25/11/2013

A la fin du mois de novembre, SPAQuE achèvera la réhabilitation du site "Cokerie Flémalle", localisé sur les territoires de la Ville de Seraing et de la commune de Flémalle. Dans les prochains mois, SPAQuE y construira une plateforme logistique trimodale. Une attention particulière sera apportée à l’aménagement paysager.


D’ici quelques jours, SPAQuE clôturera la réhabilitation d’un de ses sites les plus "emblématiques" : la "Cokerie Flémalle". Dès lors, ce site de 7,6 hectares, à cheval sur Seraing et Flémalle, sera prêt à être réintégré dans le circuit économique.

Idéalement situé le long de la Meuse, du chemin de fer et à proximité de l’autoroute, le site verra l’implantation d’une plateforme logistique trimodale "eau-rail-route" sur 6,5 hectares. Lors de ces travaux, la voie ferrée sera déplacée vers le centre du site pour en faciliter l’accès. Une fois construite, la totalité des bâtiments sera revendue à la société GREG Transport.

Des bureaux seront développés sur une autre partie du site d’environ un hectare, réservé à la commune de Flémalle. L’aménagement paysager fera l’objet d’une attention particulière, le site se trouvant à l’entrée de Flémalle.

L’ensemble des travaux sera réalisé par SPAQuE, propriétaire du site depuis 2005.

 

Cinq années de travaux, 310.000 tonnes de terres polluées et 8.500 tonnes de terres cyanurées excavées et traitées

Dès 1922, le site "Cokerie Flémalle" a accueilli une première cokerie sur sa partie est. Une deuxième est venue s’ajouter à l’ouest en 1950. Les deux établissements ont été fermés en 1984 et démolis dans les années 1990.

Les premières investigations des sols sur ce site particulièrement pollué ont été réalisées par SPAQuE en 2001 et 2002. De nombreux polluants tels que des hydrocarbures aromatiques cycliques, des huiles minérales, du benzène, du cyanure, des métaux lourds, du goudron à l’état pur, etc., ont été mis en évidence, avec une concentration parfois mille fois supérieure aux normes admissibles, tant dans les sols que dans les eaux souterraines.

En 2008, SPAQuE a réalisé une première étape de travaux au nord-ouest du site : 8.500 tonnes de terres cyanurées ont été évacuées vers des centres de traitement agréés.

De 2008 à 2009, une deuxième étape a été entreprise sur la partie surélevée au sud-ouest du site permettant l’excavation de 122.000 m³ de remblais pollués sur 3,5 hectares.

Enfin, entre 2011 et 2013, une troisième étape a été effectuée par SPAQuE, permettant notamment de prendre en charge les remblais excavés lors de l’étape précédente. Les terres polluées du reste du site (310.000 tonnes), en particulier celles de trois "hot spots" s’étendant jusqu’à 7 mètres de profondeur, ont été excavées, puis évacuées vers des centres de traitement agréés.


Pour tout renseignement complémentaire :
Jean-Frédérick Deliège
Service de la communication externe et des relations avec la presse

0494/57.94.18



Haut de page

Rechercher...

Par ville :
Par nom de site :

Voir la fiche du site

Voir photos et vidéos