SPAQuE

Saint-Ghislain : quatrième étape de la réhabilitation du site "Carcoke-Tertre"

15/10/2012

La société SPAQuE a entrepris la quatrième étape des travaux de réhabilitation du site "Carcoke-Tertre" à Saint-Ghislain. Il s’agit de la réhabilitation des sols pollués sur ce site. Une fois assaini, ce site pourra être réutilisé en tant que zone industrielle.


C’est en 2004 que SPAQuE a entrepris la déconstruction sélective des bâtiments et structures de l’ancienne cokerie "Carcoke-Tertre" qui fut la plus importante de Belgique. En 2008, la société prenait en charge 16.000 tonnes de terres cyanurées présentes au nord-est du site. Ensuite, de 2009 à 2011, elle procédait à l’élimination des noyaux en composés organiques volatils nécessitant des excavations jusqu’à une dizaine de mètres de profondeur. A cette occasion, 350.000 tonnes de terres polluées ont été l’objet d’un traitement biologique sur place. Une expérience exceptionnelle en Belgique qui a permis d’éviter les nuisances qu’aurait provoqué un important charroi de camions si ces terres avaient été évacuées vers des centres de traitement ou d’élimination agréés.

La présente étape de réhabilitation concerne principalement le traitement des pollutions de surface présentes dans la tranche de 0 à 2 mètres de profondeur. Plus précisément, ces opérations consistent :

  • en la prise en charge des lots de terres issus des talutages de l’étape précédente et identifiés comme contaminés,
  • en la finalisation des excavations, du traitement et du remblayage des noyaux en hydrocarbures volatils,
  • en l’excavation, au traitement sur site et/ou en l’évacuation et l’élimination contrôlées (vers des centres de traitement ou d’élimination agréés) des terres polluées en cyanures, en goudrons, en hydrocarbures aromatiques monocycliques (HAM) et en hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) présentes dans les tranches de surface,
  • en la réalisation d’analyses, en fin d’excavation, de la qualité des sols en fond de fouille et en parois,
  • en l’élimination vers des centres de traitement agréés des produits en phase libre et des terres saturées en phase libre,
  • au remblayage de toutes les zones ayant fait l’objet d’excavations,
  • au recouvrement des sols pollués - en surface uniquement - par des HAP peu mobiles, au moyen d’une couche de terres de couverture de 1 mètre d’épaisseur,
  • au réaménagement paysager homogène de l’ensemble du site à l’issue du chantier.

Pendant toute la durée du chantier (355 jours ouvrables), d’importantes mesures de sécurité sont prises qui concernent, notamment, les riverains. Tous les transports quittant le site sont obligatoirement bâchés, l’entrepreneur doit procéder au nettoyage quotidien des voiries empruntées par ces transports, le niveau d’empoussièrement et de bruit dans le voisinage immédiat du site est, périodiquement, contrôlé, de même que des balises de détection de gaz sont installées sur le site.

 

Bref historique

D’une superficie totale d’environ 33 hectares, le site de "Carcoke-Tertre" a été le plus important siège de production de coke en Belgique, ainsi que de sous-produits issus de la distillation de charbon. A l’origine, il était exploité par la SA Carbonisation Centrale, société créée en 1928 par un groupe de neuf charbonnages des deux bassins houillers du Borinage et du Centre. Après avoir été rachetée par Hainaut-Sambre, la société Carcoke a poursuivi ses activités à Tertre jusqu’en 1997, date de fermeture de la cokerie.

 

Cokerie : usine de distillation de la houille (charbon) qui a pour objectif d'extraire les matières organiques volatiles contenues dans le charbon et de conférer au résidu (coke) les qualités d'un combustible amélioré, destiné à l'industrie, principalement aux hauts-fourneaux.


Pour tout renseignement complémentaire :
Jean-Frédérick Deliège
Service de la communication externe et des relations avec la presse

0494/57.94.18


Haut de page

Rechercher...

Par ville :
Par nom de site :

Voir la fiche du site

Voir photos et vidéos