SPAQuE

Marchin : SPAQuE abat l’ancien hall de stockage de la "Papeterie Godin"

19/03/2010

Après la déconstruction sélective d’une importante partie du bâti, l’enlèvement méticuleux des anciennes briques de verre et l’évacuation des déchets dangereux découverts sur le site, SPAQuE abat le bâtiment longeant la chaussée des Forges sur le site "Papeterie Godin" à Marchin, un des sites désignés dans le cadre des Fonds européens FEDER. Un projet de microcentrale hydroélectrique pourrait être développé sur ce site destiné à accueillir des PME.


Entamée en novembre 2009, la troisième étape de réhabilitation du site de l’ancienne Papeterie Godin, à Marchin, va connaître une phase importante dans les prochains jours. Ce troisième chantier est consacré à la prise en charge des importantes quantités de pâtes à papier et de boues huileuses mises au jour dans les sous-sols ainsi qu’à la poursuite de la déconstruction du hall de stockage. Ce bâtiment, d’une longueur de 90 mètres et de 15,5 mètres de haut, est situé à front de voirie. Les éléments de second œuvre ont été ôtés. L’abattage final débute ce vendredi 26 mars 2010 et devrait durer une semaine. Deux feux rouges, placés sur la chaussée des Forges, permettront de réduire la circulation à une seule bande au niveau du chantier et d’assurer un maximum de sécurité. Les riverains en ont été informés par le biais d’un toutes-boîtes d’information.

Dans le courant de cette année 2010, SPAQuE procédera à la réhabilitation des sols contaminés et à la prise en charge des pollutions relevées dans les eaux souterraines au nord-ouest du site. Ces travaux représenteront la quatrième étape de la réhabilitation du site (voir ici-bas).

Au terme de ce rigoureux processus de réhabilitation, SPAQuE rendra 4 hectares de sol supplémentaires au circuit économique. Ces 4 hectares, aujourd’hui destinés à accueillir de petites et moyennes entreprises (PME), pourront contribuer au redéploiement de la région.

Afin de promouvoir les énergies renouvelables et d’utiliser au mieux le potentiel du site, SPAQuE étudie par ailleurs la possibilité d’y faire fonctionner une petite centrale hydroélectrique en veillant à préserver le milieu naturel et les déplacements des poissons. Une turbine pourrait remplacer les anciennes roues à aubes autrefois installées le long de la rivière. L’énergie produite grâce au Hoyoux pourrait ainsi alimenter les futures installations du site.


Découverte d’importantes contaminations

C’est dans le cadre du Plan Marshall, qui confie à SPAQuE la réhabilitation de 37 friches industrielles polluées, que la société a entrepris la réhabilitation du site de l’ancienne Papeterie Godin à Marchin.

Bordé par le Hoyoux, le site est implanté en bordure de la route nationale qui relie Huy à Marchin. En 2005, la commune de Marchin, alors propriétaire, envisage d’y construire de l’habitat, des commerces et une crèche. Mais en 2006, l’évaluation des risques réalisée par SPAQuE met en évidence la nécessité de réhabiliter le site avant toute réaffectation.

Les experts de SPAQuE ont, en effet, mis en évidence d’importantes contaminations en hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), en huiles minérales ainsi qu’en métaux lourds dans les sols. Dans la partie nord-ouest du site, au niveau de l’ancien hall de stockage, les eaux souterraines présentent des contaminations en hydrocarbures aromatiques monocycliques (HAM) et polycycliques (HAP), en huiles minérales et en cyanures.


Une réhabilitation étape par étape

Dès le mois de juin 2008, SPAQuE entame un premier chantier sur la partie du site dont elle est devenue propriétaire. Il s’agit de déconstruire de manière sélective une partie importante du bâti. Les éléments de second œuvre (châssis, toitures, recouvrements, etc.) sont enlevés un à un par des entreprises spécialisées avant l’abattage à proprement parler de la structure. De cette manière, SPAQuE assure l’évacuation des différents types de déchets vers les filières de recyclage ou de traitement les plus adéquates

Cette première opération a permis d’accéder au sous-sol, d’y poursuivre les investigations des sols et, donc, de rédiger le cahier spécial des charges nécessaire à la poursuite des travaux.

Parallèlement, SPAQuE entame, en juin 2009, une seconde étape de travaux afin de conserver le patrimoine remarquable du site. La société organise le retrait méticuleux des briques de verre Falconnier qui ornent la façade du hall de stockage, un bâtiment, localisé sur une zone de pollution conséquente, qui doit donc être déconstruit.

La troisième étape, actuellement en cours, se termine donc avec l’abattage de cet ancien hall de stockage. Dans la foulée, démarrera la quatrième étape qui verra, dans le courant de cette année, la réhabilitation des sols contaminés ainsi que la prise en charge des pollutions détectées dans les eaux souterraines au nord-ouest du site.


En résumé :

Etape 1 : déconstruction sélective (partie 1)

Etape 2 : enlèvement des briques de verre

Etape 3 : déconstruction sélective (partie 2)

Etape 4 : réhabilitation des sols

Cette réhabilitation est cofinancée par le Fonds européen de Développement Régional (FEDER).


Pour tout renseignement complémentaire :
Jean-Frédérick Deliège

Service de la communication externe et des relations avec la presse
0494/57.94.18

Haut de page

Rechercher...

Par ville :
Par nom de site :

Voir la fiche du site

Voir photos et vidéos