SPAQuE

Charleroi : SPAQuE réhabilite les 24 hectares de l’ancienne "Aciérie Allard"

23/07/2010

Situé sur le territoire de la Ville de Charleroi, entre les rues des Carrières et Joseph Allard à Marchienne-au-Pont et Mont-sur-Marchienne, le site de l'ancienne Aciérie Allard fait partie de la liste des 37 sites prioritaires dont le Région wallonne a confié la réhabilitation à la société SPAQuE dans le cadre du Plan Marshall. Les travaux de réhabilitation de cette friche industrielle de 24 hectares commenceront début août.


Le site de l’ancienne Aciérie Allard s’étale sur 24 hectares à cheval sur l’Eau d’Heure dans sa traversée de Marchienne-au-Pont. Six hectares se trouvent sur la rive droite de la rivière et les dix-huit autres sur sa rive gauche.

Début août, commenceront les travaux de réhabilitation du site avec son déboisement. Viendront ensuite la déconstruction sélective de l'ensemble des dalles, socles, vestiges d’anciennes structures et fondations encore présents sur le site ainsi que celle d’un pont délabré enjambant l’Eau d’Heure, des murs et des clôtures d’enceinte. Une nouvelle clôture et des barrières seront ensuite posées tout autour du site.

Les terres et les matériaux fortement contaminés seront excavés et transportés en centre agréé pour y être traités. Les terres et matériaux faiblement contaminés seront provisoirement stockés sur place. Les zones destinées à recevoir de l’habitat et du commerce seront remblayées avec des terres saines.

Tout au long du chantier, d’importantes mesures seront prises afin de réduire, au strict minimum, les nuisances pour les riverains. L’entrepreneur doit prendre toutes les mesures nécessaires pour limiter les émissions sonores et la dispersion de poussières dans l’air. Les niveaux de bruit et d’empoussièrement seront contrôlés périodiquement sur le chantier et dans le proche voisinage. En outre, des campagnes d’analyse de la composition des poussières générées par le chantier auront lieu régulièrement.


Pollution et réhabilitation

Les investigations menées par SPAQuE sur le site ont permis de déterminer la présence de diverses contaminations du sol en métaux lourds, hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et huiles minérales, cela principalement au niveau de la couche de remblais présente en surface.

Au niveau des eaux souterraines, une contamination en huiles minérales et, ponctuellement, en métaux lourds a été observée. Cette contamination en huiles minérales est également identifiée dans les eaux de l’Eau d’Heure qui traverse le site.

La réhabilitation entamée par SPAQυE, sur le site de l’Aciérie Allard, consiste en la dépollution des sols conformément au plan de secteur.


Un peu d’histoire

Les premiers bâtiments de l’Aciérie Allard ont été construits entre 1905 et 1907 de part et d’autre de l’Eau d’Heure. Leur extension ainsi que la modernisation des fours ont, pour l’essentiel, été réalisés au cours de la première moitié du XXe siècle. D’abord équipée de fours Bessemer et Siemens-Martin, l’aciérie fut équipée de fours électriques dès les années quarante. L’ensemble de ses installations lui permettait l’affinage de la fonte et son utilisation dans la production d’acier. Au début des années 1970, l’Aciérie Allard emploie 525 personnes et produit exclusivement des aciers moulés. Avec 35.000 tonnes/an, elle dispose, pour l’époque, d’une très grande capacité de fusion et peut produire des pièces d’un poids maximal de 35 tonnes. L’entreprise fermera définitivement ses portes en 1979.

Depuis cette époque, le site n’a plus connu aucune activité industrielle lourde. Tous les bâtiments y ont été démolis en 1985 à l’exception des anciens bâtiments administratifs de la rue Joseph Allard, de deux châteaux d’eau et de deux cheminées. De nombreux socles en béton, des dalles de béton et des fosses techniques subsistent, malgré tout, en de nombreux endroits, dissimulés par la végétation qui se développe avec vigueur sur l’ensemble des 24 hectares. Notons que de nouvelles activités se sont développées dans l’ancienne clouterie ainsi que dans une partie de l’ancien hall de coulée. Ces endroits ne sont pas concernés par la réhabilitation du site.


Pour tout renseignement complémentaire :
Jean-Frédérick Deliège

Service de la communication externe et des relations avec la presse
0494/57.94.18

Haut de page

Rechercher...

Par ville :
Par nom de site :

Voir la fiche du site

Voir photos et vidéos