SPAQuE

Charleroi : découverte d'un obus sur le site "Aciérie Allard"

03/08/2010

Ce mardi 3 août, un obus de la Première Guerre mondiale a été mis à jour sur le chantier de réhabilitation mené par SPAQuE sur le site "Aciérie Allard" à Charleroi. La procédure spécifique d’urgence a immédiatement été déclenchée. Les autorités ont été prévenues et la police de Charleroi s’est directement rendue sur place pour évaluer la situation. Le service de déminage de la Défense a alors emporté l’obus qui s’était avéré inoffensif. Début d’après-midi, tout était en ordre et les travaux reprenaient leur cours.


Ce mardi, alors que SPAQuE entamait le déboisement du site "Acierie Allard" afin de permettre sa réhabilitation, un obus d’une cinquantaine de centimètres a été mis au jour. Le chantier a directement été mis à l’arrêt tandis qu’on prévenait les autorités. Le service de déminage de la Composante terre de la Défense a rejoint la police de Charleroi, déjà présente sur place pour évaluer la situation. Le retrait de l’engin, vieux d’une centaine d’années, sur des lieux par ailleurs largement isolés des premières habitations par une zone boisée, ne représentait finalement pas de danger. A 12h45, tout était rentré dans l’ordre et les travaux reprenaient leur cours.


Une réhabilitation en plusieurs étapes

Le site de l’ancienne Aciérie Allard fait partie des sites que la société SPAQuE réhabilite prioritairement dans le cadre du Plan Marshall. Les investigations menées par les experts de SPAQuE sur cette ancienne friche ont, en effet, mis en évidence des contaminations du sol en métaux lourds, hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et huiles minérales.

Le 24 juin 2010, les représentants de SPAQuE ont tenu une réunion d’information à l’attention des riverains de manière à leur expliquer les travaux qui allaient commencer ce mardi 3 août.

Le déboisement qui a débuté aujourd’hui sur les zones concernées par l’excavation de sols pollués permettra de mettre au jour l’ensemble des vestiges des structures et fondations de l’ancienne aciérie. Ceux-ci, ainsi qu’un pont délabré enjambant l’Eau d’Heure, seront déconstruits de manière sélective*. SPAQuE pourra dès lors commencer la réhabilitation des sols conformément au plan de secteur.


Par le passé, affinage de fonte et production d’acier

Au siècle dernier, l’Aciérie Allard, employant plus de 500 personnes, pratiquait l’affinage de la fonte et la production d’acier. Elle fermera définitivement ses portes en 1979.

Depuis cette époque, le site n’a plus connu d’activité industrielle lourde. Tous les bâtiments y ont été démolis en 1985 à l’exception des anciens bâtiments administratifs de la rue Joseph Allard, de deux châteaux d’eau et de deux cheminées. De nombreux vestiges des différentes activités subsistent, malgré tout, dissimulés par la végétation qui se développe avec vigueur sur l’ensemble des 24 hectares. Notons que de nouvelles activités se sont développées dans l’ancienne clouterie ainsi que dans une partie de l’ancien hall de coulée. Ces endroits ne sont pas concernés par la réhabilitation du site.


La déconstruction sélective

Les structures et fondations sont déconstruites, élément par élément, par des entreprises spécialisées. De cette manière, SPAQuE assure l’évacuation des différents types de déchets vers les filières de recyclage ou de traitement les plus adéquates.

 

Pour tout renseignement complémentaire :
Caroline Lhoest

Service de la communication externe et des relations avec la presse


Haut de page

Rechercher...

Par ville :
Par nom de site :

Voir la fiche du site

Voir photos et vidéos