SPAQuE

Charleroi : cheminées et château d'eau ont disparu sur le site "Aciérie Allard"

26/08/2010

Ces deux cheminées font près de 25 mètres de haut et ont été déconstruites dans le cadre des travaux de réhabilitation en cours sur les 25 hectares du site Aciérie Allard à Charleroi (Marchienne-au-Pont). Avec le château d’eau, SPAQuE amorce ainsi la déconstruction des dernières structures industrielles encore présentes sur le site tandis que les opérations de déboisement se poursuivent. En parallèle s’organise la réhabilitation des sols.


Ce jeudi, dans le cadre des travaux de déconstruction sélective des bâtiments, structures et fondations, témoins des anciennes activités industrielles qui ont été menées sur le site de l’Aciérie Allard, deux cheminées de près de 25 mètres de haut ont disparu. Par la suite, les travaux se poursuivront notamment au niveau d’un château d’eau, d’une passerelle métallique en ruine enjambant l’Eau d’Heure et des anciens bureaux localisés rue Joseph Allard.

En parallèle, le déboisement et le débroussaillage des zones de travail se poursuivent. Il s’agit de préparer le terrain pour permettre la mise en œuvre des travaux de déconstruction et de réhabilitation des sols, tout en préservant le caractère « vert » de l’endroit. De plus, une large bande de verdure est maintenue provisoirement en pourtour de site afin de créer une zone tampon entre le chantier et les zones habitées. La peupleraie, située au nord-est du site, est, quant à elle, intégralement laissée en l’état.

Ce mardi 3 août, à l’occasion du démarrage des travaux, un obus de la Première Guerre mondiale a été mis à jour. La procédure spécifique d’urgence a immédiatement été déclenchée. Rapidement, le service de déminage de la Défense emportait l’obus qui s’était avéré inoffensif.

Environ 70 jours devraient être nécessaires au bon déroulement de cette première étape consacrée à la déconstruction sélective.

En parallèle, SPAQuE organise la poursuite des travaux de réhabilitation. Les sols pollués en métaux lourds, en hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et en huiles minérales seront alors réhabilités.


Pour tout renseignement complémentaire :
Caroline Lhoest
Service de la communication externe et des relations avec la presse


Haut de page

Rechercher...

Par ville :
Par nom de site :

Voir la fiche du site

Voir photos et vidéos