SPAQuE

Charleroi : SPAQuE réalise des prélèvements dans les sols et les eaux du site "AMS Sud"

26/03/2018

Les travaux de sécurisation géotechnique désormais terminés, SPAQuE a entrepris une campagne d’investigations dans les sols et les eaux du site "AMS Sud" à Charleroi afin de mettre en évidence la présence éventuelle de pollution.

 

SPAQuE a entrepris un nouvelle campagne d’investigations dans les sols et les eaux du site "AMS Sud" à Charleroi, en bordure de Sambre. Ces travaux, financés par le Plan Marshall 2.vert, font suite aux opérations de sécurisation géotechnique (ayant permis de démanteler d’anciennes structures enterrées) menées de 2016 à janvier 2018. 

Cette campagne prévoit la réalisation de 97 forages dans les sols du site, parfois jusqu’à 12 mètres de profondeur, à l’aide d’une foreuse Nordmeyer, d’une pelleteuse mécanique et d’une géoprobe. Au total, 450 prélèvements seront effectués dans les sols et 35 dans les eaux souterraines, grâce à la mise en place de 35 piézomètres. Ces investigations permettront de mettre en évidence une contamination éventuelle des sols et des eaux, et d’en délimiter, le cas échéant, l’étendue.

Une fois les résultats des analyses obtenus et interprétés, SPAQuE entreprendra une étude des faisabilités technique, économique et urbanistique avant de procéder à la réhabilitation du site.

 

40 hectares pour la future zone d’activité économique multimodale

Le site "AMS Sud" forme une "grappe" de 40 hectares avec les sites voisins "Charbonnage n°19 des Bas Longs Prés" et "Centrale électrique de Marchienne-au-Pont". A terme, cette "grappe" devrait accueillir une zone d’activité économique multimodale. L’aménagement d’une zone portuaire par le Port autonome de Charleroi (PAC) ainsi que la construction d’un pont reliant la zone d’activité économique à la N90 Charleroi-Mons sont également prévus. Enfin, sur une partie du site, SPAQuE envisage l’implantation d’une unité photovoltaïque.

 

Bref historique

Entre 1912 et 1976, le site "AMS Sud" a connu une activité d’aciérie et de laminage. En 1986, la société Recysambre s’est installée sur une partie du site pour y exploiter une centrale à béton, alimentée par des éléments provenant de la démolition des anciens bâtiments. Elle a ensuite étendu ses activités par la création d’un centre de tri et de recyclage de déchets inertes.

 

Pour tout renseignement complémentaire :
Caroline Charlier
Service de la communication externe
0496/51.23.52



 

Haut de page

Rechercher...

Par ville :
Par nom de site :

Voir la fiche du site

Voir photos et vidéos