SPAQuE

Charleroi : réhabilitation de la zone "Euroports" et construction de voiries sur le site "Cockerill Sambre II"

10/11/2017

SPAQuE entreprend deux nouvelles étapes de réhabilitation sur le site "Cockerill Sambre II" à Charleroi, en bordure de Sambre. Lors de ces travaux, les sols pollués de la zone dite "Euroports" seront pris en charge et des voiries seront aménagées sur les zones propriété de SPAQuE déjà réhabilitées.


Deux nouvelles étapes de réhabilitation viennent de commencer sur le site "Cockerill Sambre II" à Charleroi. Les travaux consistent, d’une part, en la réhabilitation de la zone dite "Euroports" (exploitée par la société Euroports, spécialisée en logistique portuaire) au nord du site, et, d’autre part, en la construction et l’aménagement de voiries sur les zones propriété de SPAQuE réhabilitées entre 2011 et 2017.

Sur la zone "Euroports", SPAQuE prendra en charge un noyau de pollution situé à l’est des halls de la société existante. Les terres contaminées en solvants chlorés et en benzène seront excavées et évacuées en centres de traitement ou de valorisation agréés. Les eaux de la nappe seront également pompées, analysées et éventuellement traitées. Enfin, les excavations seront remblayées. Ces travaux permettront à la société Euroports d’étendre ses activités.

Sur le reste de ce site de 43,20 hectares, réhabilité entre 2011 et 2017, SPAQuE construira des voiries ainsi qu’un réseau d’égouttage et réalisera des aménagements divers (plantations, marquage routier, signalisation, etc.).

A terme, l’ensemble de ces travaux de réhabilitation permettra l’implantation de nouvelles PME, la construction des nouvelles infrastructures de l’ICDI (station de lavage de camion, etc.) mais aussi d’un centre de traitement des encombrants par la Ressourcerie du Val de Sambre et d’une unité de valorisation des déchets électriques et électroniques.

 

Deux siècles d’activités

De 1829 à 1986, le site "Cockerill Sambre II" a été utilisé, en majorité, pour des activités sidérurgiques. Hauts-fourneaux, fonderies, crassiers, cokerie, gazogène, laminoirs, aciéries, etc. occupaient autrefois les lieux. En 1986, toutes ces installations sidérurgiques ont été démolies.

Dès 1926, la partie nord-est du site a été utilisée par la société Solvay pour ses activités chimiques.

Enfin, à partir de 1989, l’ICDI utilise la partie est du site pour l’exploitation d’un centre de transit, de récupération et de tri de déchets. Plusieurs PME viennent également s’installer.

 

Pour tout renseignement complémentaire :
Caroline Charlier
Service de la communication externe
0496/51.23.52



Haut de page

Rechercher...

Par ville :
Par nom de site :

Voir la fiche du site

Voir photos et vidéos