SPAQuE

SPAQuE, leader du projet européen RAWFILL !

09/05/2017

Le projet "RAWFILL", présenté dans le cadre du programme européen de coopération transfrontalière INTERREG Europe du Nord-Ouest, a été officiellement approuvé. Ce projet, visant à développer une logique d’économie circulaire autour des matériaux présents dans les décharges, est coordonné par SPAQuE.

 

Les prémisses de ce projet remontent à 2015, année durant laquelle SPAQuE, en collaboration avec des partenaires publics et privés belges, anglais, français et allemands, a soumis une première proposition de "RAWFILL" aux autorités d’INTERREG. En 2016, le projet a franchi une première étape de qualification (approbation du contenu), et en ce début d’année, il a été validé dans sa totalité.

Si le projet "RAWFILL" unit huit partenaires européens (dont cinq belges), c’est SPAQuE qui a été désignée "leader". Elle aura pour mission, entre autre, d’assurer les relations et la communication entre l’ensemble des membres du projet, à savoir l’OVAM, l’Université de Liège, I-Cleantech Vlaanderen, Atrasol, BAV (Allemagne), la SAS Les Champs Jouault (France) et le Natural Environment Reasearch Council (Royaume-Uni).

D’une durée de trois ans, avec un budget de 3.800.000 euros, "RAWFILL" a pour objectif de développer une méthodologie d’évaluation du potentiel économique des décharges d’Europe occidentale. Cette méthodologie permettrait, par la suite, de valoriser les ressources des décharges (matériaux, biogaz, etc.).

 

Deux tests pilotes

Afin de remplir cette mission, "RAWFILL" devra fournir trois éléments :

  • un cadre précis pour l’inventaire des décharges d’Europe occidentale (dont une méthode d’estimation fiable du potentiel économique de celles-ci),
  • une approche innovante employant les méthodes géophysiques les plus récentes afin de compléter toutes les données économiques nécessaires manquantes concernant les décharges,
  • un outil de décision permettant de classer les décharges et de définir les projets de "landfill mining" (ou "excavation des déchets") les plus économiquement intéressants à mettre en place.

Des études géophysiques, d’échantillonnage et de faisabilité financière seront réalisées lors de deux tests pilotes sur une décharge en Flandre et une autre en France.

D’ici 2030, "RAWFILL" espère avoir permis la réalisation de 60 projets de "landfill mining", la valorisation de 15 millions de tonnes de matériaux et la création d’environ 1.500 emplois.

 

"Landfill mining" : kézako ?

Le "landfill mining" consiste à excaver, trier et valoriser les déchets enfouis dans les décharges. Les déchets valorisables, et donc les plus recherchés, sont les matériaux ferreux et non-ferreux, les minerais (comme l’aluminium), etc. Si cette activité a rencontré un certain succès dans les pays anglo-saxons, elle reste encore peu connue chez nous. Un projet a cependant déjà été mené en Belgique par l’OVAM, sur une décharge non loin d’Hasselt.

 

Intéressé(e) par le projet "RAWFILL" ? SPAQuE organise une première conférence sur le sujet le 7 juin prochain au Palais des Congrès de Liège. Pour vous inscrire à l'événement (dans la limite des places disponibles), c'est par ici.

 

Pour tout renseignement complémentaire :
Caroline Charlier
Service de la communication externe et des relations avec la presse
0471/90.44.15



Haut de page

Rechercher...

Par ville :
Par nom de site :