SPAQuE

La Louvière : la plus importante centrale photovoltaïque wallonne au sol est en service

25/01/2017

Ce mercredi 25 janvier 2017, le ministre wallon de l’Environnement Carlo Di Antonio a inauguré la première centrale photovoltaïque construite par SPAQuE. Ses 3.844 panneaux solaires sont implantés sur l’ancienne friche industrielle "SAFEA", réhabilitée par SPAQuE, à La Louvière.

 

La centrale photovoltaïque construite par SPAQuE sur l’ancienne décharge du site "SAFEA", réhabilité depuis 2011, est aujourd’hui en service. Ce mercredi 25 janvier, Carlo Di Antonio, le ministre wallon de l’Environnement, s’est rendu sur place afin d’inaugurer les nouvelles installations. Le ministre s’est réjoui de ce nouveau projet qui contribue à la réalisation des objectifs énergétiques que s’est fixée la Wallonie dans le cadre européen. Il a également rappelé l’importance des réhabilitations de SPAQuE qui, en accueillant soit de l’activité économique, soit du logement, permettent de lutter contre l’étalement urbain et de préserver ainsi les terres agricoles.

D’une superficie de 2,5 hectares, la centrale totalise 3.844 panneaux pour une puissance d’un mégawatt-crête (MWc). Sa production annuelle est estimée à 1.047 mégawatt-heure (MWh), soit la consommation annuelle moyenne de 300 ménages. L’ensemble de l’énergie produite est revendue et directement réinjectée dans le réseau ORES.

L’installation des panneaux ainsi que les divers travaux d’équipements (construction d’une route, pose d’un conteneur, d’une cabine haute-tension, de caméras et d’alarmes, etc.) ont été financés par SPAQuE pour un montant total de 1.489.676 euros HTVA.

La durée de vie de la centrale est estimée à 25 ans. L’investissement sera amorti après 15 ans et l’activité dégagera ensuite 350.000 euros de bénéfices sur les 10 années restantes.

La réhabilitation du site "SAFEA" s’inscrit dans les missions confiées à SPAQuE, par le gouvernement wallon, au travers de son contrat de gestion. Avec la centrale photovoltaïque SPAQuE participe au développement des énergies alternatives, tandis que sur le reste du site réhabilité, elle participe au développement économique de la région en permettant l’extension de Garocentre, la plate-forme logistique multimodale, développée par l’intercommunale IDEA. Notons, enfin, qu’en s’élevant sur une ancienne décharge industrielle, la centrale optimalise l’occupation d’une zone où la construction de tout type de bâtiment s’avère impossible en raison du confinement des déchets réalisé par SPAQυE.

 

Une réhabilitation en deux parties

La réhabilitation du site "SAFEA" a commencé en 2005, sur la zone où se trouvait autrefois l’ancienne usine, au nord-est du site. Plusieurs bâtiments ont été déconstruits. En 2006, toujours sur cette même zone, SPAQuE a procédé à la dépollution des sols contaminés en hydrocarbures cycliques, hydrocarbures pétroliers et cyanures.

De 2008 à 2011, SPAQuE a réhabilité la zone de l’ancienne décharge, à l’ouest du site : un confinement a été réalisé (réalisation d’un capping étanche de surface). Un drain destiné à récupérer les eaux souterraines polluées a été placé et une station d’épuration a été mise en place. Enfin, SPAQuE a procédé à un réaménagement paysager.

 

Un peu d’histoire

En 1929, une usine de fabrication d’engrais azoté s’implante sur le site. Dans les années 1930, les usines SAFEA assurent uniquement l’épuration du gaz provenant des fours à coke des usines Gustave Boël voisines.

La production d’engrais redémarre dans la seconde moitié des années 1940 et s’arrête en 1978. Une partie des installations reste cependant utilisée pour la production d’oxygène et pour le stockage de gaz. La partie ouest du site est alors convertie en décharge industrielle : 300.000 m³ de déchets industriels y sont déversés dans les années 1980 et 1990.

 

Pour tout renseignement complémentaire :
Caroline Charlier
Service de la communication externe et des relations avec la presse
0471/90.44.15



Haut de page

Rechercher...

Par ville :
Par nom de site :

Voir la fiche du site

Voir photos et vidéos